24 heures chrono : que voir à Tunis ?

Asma Ben Aïssa, Inside-out, 150x180 cm, broderie et teinture sur tissu, courtesy Galerie Le Violon bleu

Share

Depuis quelques années, les lieux d’art bourgeonnent dans la capitale tunisienne. Sélection de 4 expos pour citadins ou voyageurs pressés.

Une exposition collective placée sous le signe de l’extase

Située dans le quartier en vogue de Bhar Lazreg à la Marsa, la galerie Yosr Ben Ammar présente l’exposition collective « L’extase d’être vivant ». Aux côtés de peintures convaincantes de Dora Dalila Cheffi ou de Slimen El Kamel, on pourra surtout apprécier les broderies sur tissus d’Abdesslem Ayed. Mélangeant références pop et dessin académique, les œuvres textiles de l’artiste tunisien avaient été repérées lors de la dernière édition de la foire AKAA, à Paris.

Exposition « L’extase d’être vivant » avec Akacha, Abdesslem Ayed, Amira Lamti, Dora Dalila Cheffi, Ghad, Kais Dhifi, Khedija Essaied Jeddi, Marlo Kara, Nabil Saouabi, Slimen El Kamel, Souheila Ghorbell et Tom Egoumenides, Yosr Ben Ammar Gallery, jusqu’au 25 novembre 2023

Nadia Kaabi-Linke, Squeezed in Infinity II, Pigments prints on archival paper and tiles, Photographies 20x20cm (each of 514), tiles 10x10cm (each of 64), courtesy Nadia Kaabi-Link 2023, VG Bild-Kunst, Bonn

Migration et Superstition : l’art engagé de Nadia Kaabi-Linke à La Boîte

L’artiste tunisienne, vivant entre Kiev et Berlin, expose pour la première fois dans une institution de son pays natal. Abordant les questions bureaucratiques liées aux migrations ou celles des croyances et des superstitions, l’exposition « Kaf W Kaaba Halwa » mêle des médiums aussi différents que l’installation vidéo, la photographie ou le design à travers une série d’objets les plus insolites accompagnés de capsules sonores.

À partir de son sang, l’artiste réalise un dessin en hommage au combat des Palestiniens pour leur propre terre, lui aussi désarmant.

Exposition de Nadia Kaabi-Linke « Kaf W Kaaba Halwa, Or how to meddle in someone’s life », La Boîte, jusqu’au 23 février 2024

Asma Ben Aïssa, Inside-out, 150x180 cm, broderie et teinture sur tissu, courtesy Galerie Le Violon bleu

Les rêveries topographiques d’Asma Ben Aissa

Originaire de Bizerte, l’artiste pluridisciplinaire Asma Ben Aissa prolonge sa participation à l’exposition « Hirafen » par un solo show à la galerie Le Violon Bleu. Elle y montre un ensemble d’œuvres brodées sur tissu dans lesquelles la teinture fait office de médium pictural. En quête d’architectures rappelant les intérieurs des maisons, l’artiste laisse aussi parler l’aléatoire à travers la technique du pliage qui confère à ses œuvres une dimension graphique tout en nuances et délicatesses.

Exposition d’Asma Ben Aissa, « Topophilia », Galerie Le Violon Bleu, jusqu’au 4 janvier 2024

Emna Kahouaji, L’intranquillité, 150x150cm, acrylique sur toile, 2023, courtesy Galerie Aïcha Gorgi

À la galerie Gorgi, l’énigmatique monde d’Emna Kahouaji

Placée sous le signe ambivalent du masque dont le pouvoir est à la fois de marquer les attributs sociaux et de cacher le visage, l’exposition « Persona » de la peintre tunisienne Emna Kahouaji, propose une série d’autoportraits paradoxaux, flirtant parfois avec une esthétique surréaliste. Ici la fonction du masque ivoirien des sociétés Dan est détournée au profit de l’expression personnelle d’un mal-être pouvant être universel.

Exposition d’Emna Kahouaji, « Persona », Galerie Aïcha Gorgi, jusqu’au 25 décembre 2023

Olivier Rachet