Taper pour chercher

BEYROUTH, Un coeur qui bat

Partager

la sixième édition de Beirut Art Fair s’est déroulée du 17 au 20 septembre. Moins ambitieuse que celle de Dubaï, se cherchant une identité artistique, elle peine à agréger le microcosme branché qui fourmille d’initiatives privées.


Cette année, la sixième édition de Beirut Art Fair était inaugurée par les officiels libanais dans le complexe du Beirut International Exhibition and Leisure Center (BIEL), à deux pas du centre-ville, au bord de la mer. Ni la violente manifestation de la veille, qui dénonçait l’impuissance du gouvernement dans la crise des poubelles, ni les importants travaux routiers n’ont découragé 7 000 visiteurs le soir du vernissage.

Une foule chic et select arpentait les allées de la foire dès l’ouverture des portes. Cette année, 51 galeries et plus de 300 artistes du monde entier étaient accueillis sur la foire. Première impression ?

Ici, pour capter le visiteur, un mot d’ordre : le stand doit être « eyecatching ».

 

POUR TOUS LES GOÛTS

 

Le kitsch est comme un fil rouge d’un stand à l’autre. On se demande ce que ce délicat et sensible soloshow de Mehdi Meddaci (galerie Odile Ouizeman, Paris), montrant une ironie tragique de l’immigration sur fond de crise syrienne, faisait dans ce mélange coloré et trop épicé. Même impression d’étrangeté élégante sur le stand de la Parisienne Mamia Bretesche qui présentait, outre un bas-relief en bronze de Yamou reprenant des phrases du dialecte marocain, des oeuvres photo subtiles de l’artiste algérien Bruno Hadjih.

Interrogée sur ce mélange qui ne tranche jamais entre art décoratif et conceptuel, Laure d’Hauteville, fondatrice et directrice de la foire, explique : « Beirut Art Fair est le fruit d’années de travail depuis 1998, depersévérance et aussi d’espoir pour lapaix. Certains pourraient la trouverpas assez conceptuelle, mais il faut plaire à tous les Libanais. »


par Meryem Sebti

Beirut Art Fair, Beyrouth, du 16 au 20 septembre

Si vous souhaitez lire la suite de cet article vous le trouverez dans Diptyk #30

Affiche du film Le mirage d'Ahmed Bouanani projeté en ouverture du colloque
Affiche du film Le mirage d'Ahmed Bouanani projeté en ouverture du colloque
Kimiko Yoshida, Painting Laughing Girl by Vermeer, 2007-2009, (Galerie Tanit). © Kimiko Yoshida, Courtesy Galerie Tanit
Kimiko Yoshida, Painting Laughing Girl by Vermeer, 2007-2009, (Galerie Tanit). © Kimiko Yoshida, Courtesy Galerie Tanit
Najia Mehadji, 2014 courtesy de l'Atelier 21
Najia Mehadji, 2014 courtesy de l'Atelier 21
x
seisme maroc

La rédaction de diptyk se joint aux nombreuses voix endolories pour présenter toutes ses condoléances aux familles des victimes du séisme qui a frappé notre pays.

Nos pensées les accompagnent dans cette terrible épreuve.

Comme tout geste compte, voici une sélection d'associations ou d'initiatives auxquelles vous pouvez apporter votre soutien :