Taper pour chercher

[Art & Tech] Numérisation de l’art, la révolution ?

Partager

La période de confinement et les nouvelles mesures de sécurité sanitaire ont contraint le monde de l’art à migrer plus vite que prévu vers le digital. Une mue qui n’est pas si nouvelle : cela fait déjà plusieurs décennies que le numérique a commencé à changer la façon de faire de l’art et de le montrer.

Exposition « Art of Video Games » en 2012, le Smithsonian American Art Museum de Washington

Les visites virtuelles, ce n’est pas nouveau !

L’art numérique s’est développé comme genre artistique depuis la fin des années 1960 et on peut clairement dire que c’est un art à part entière qui continue d’exister sous multiples formes : l’art audiovisuel, la réalité virtuelle, la réalité augmentée, l’art génératif, la photographie numérique, l’art interactif, le Net-art, l’art robotique et il y aura certainement d’autres formes dans l’avenir.

Depuis les encyclopédies numériques (et même bien avant), les visites virtuelles existaient. Lorsqu’on a commencé à numériser et traduire les supports traditionnels (tableaux, sculptures, dessins, photos, etc.) en supports numériques, les visites virtuelles ont commencé à exister, soit en vue panoramiques à 360° soit en 3D, pour simuler virtuellement une visite d’un musée, d’une galerie d’art ou d’un site historique. Ce n’est donc pas une nouveauté. En revanche, l’exploit technologique et la démocratisation/simplification/vulgarisation de l’usage de la technologie a permis une diffusion plus globale via internet.

Exposition « Art of Video Games » en 2012, le Smithsonian American Art Museum de Washington

Où en est-on de la technologie ?

Désormais, avec la photogrammétrie (un scan 3D utilisant la parallaxe obtenue entre des images acquises selon des points de vue différents), il est possible de produire des modèles 3D très fidèles à la réalité et en très haute définition. Le scan 3D d’un espace, d’une personne ou d’un objet permet un hyperréalisme de l’expérience virtuelle qui est immersive. Il est maintenant possible, grâce aux drones, de scanner en 3D des falaises et de grandes façades de monuments architecturaux procurant des expériences virtuelles encore plus réalistes et immersives qu’avant. Les champs de possibilité sont énormes et infinis.

Tous ces champs technologiques ont ouvert les portes de la création numérique et de la créativité qui dépassent largement l’aspect technique : jeux vidéo, installation numérique, interactivité par un simple clic de souris jusqu’aux capteurs de mouvements du corps humain… il existe une grande diversité de formes artistiques numériques. Ce qui peut faire peur dans la création numérique, c’est probablement l’immatérialité de l’œuvre et par la suite son archivage.

Vers une nouvelle forme d’art ?

Les jeux vidéo sont déjà une forme d’art qui correspond à cette façon de montrer l’art. Il s’agit d’une création numérique qui a totalement sa place dans la culture. Prenons un exemple réel : l’exposition « Art of Video Games », curatée par Chris Melissinos en 2012 au Smithsonian American Art Museum à Washington, est devenue l’une des expositions les plus réussies de l’histoire du musée, attirant plus de 23 000 visiteurs en un week-end et plus de 680 000 visiteurs six en mois, ce qui n’est pas du tout négligeable.

Le Smithsonian American Art Museum de Washington a intégré deux jeux vidéos, Flower et Halo 2600, à sa collection permanente.

La réalité augmentée, ça marche vraiment ?

La réalité augmentée marche tellement bien et depuis longtemps qu’on ne s’en rend même plus compte. Google Maps, Uber et pleins d’autres applications qui nous facilitent le quotidien, c’est de la réalité augmentée. On peut aussi parler de la réalité augmentée comme médium dans l’art. Certains artistes préfèrent garder leur support traditionnel – tableau, sculpture, etc. – et ajouter une deuxième dimension virtuelle à travers la réalité augmentée qui révèle, cache ou modifie le support traditionnel de départ. Et c’est cette superposition du monde virtuel sur notre monde réel qui est particulièrement intéressante. Il y a aussi la réalité virtuelle qui reste une approche différente mais tout aussi intéressante, où l’artiste crée tout un monde virtuel. Dans ce cas, on est détaché de notre réalité physique et on s’invite dans un monde totalement virtuel.

Omar Sabrou

Tags:

Vous pouvez aimer aussi

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Retrouvez-nous sur Instagram
@diptykmagazine