Taper pour chercher

[Books] Des musées festifs, chiche ?

Partager

Dans son livre Ré-inventer les musées, l’universitaire Yves Winkin appelle à débrider notre imagination pour mieux réenchanter l’institution muséale. Déjanté.

Imaginez donc ! Un musée vous accueille dès l’aube pour vous proposer des ateliers de méditation ou des cours de dessin. Vous bénéficiez d’une entrée gratuite contre le prêt d’un parapluie usagé. Vous déambulez d’une salle à l’autre, en compagnie d’animaux. Expérience abyssale car, comme se le demande Yves Winkin dans un ouvrage iconoclaste Ré-inventer les musées, « qu’est-ce que regarder une œuvre dans un musée quand une oie vous observe du coin de l’œil ? » L’auteur, qui dirigea le Musée des Arts et Métiers parisien entre 2015 et 2019, ne manque certes pas d’humour mais propose sérieusement à travers une douzaine de rituels de ré-inventer le musée de demain.

Francis Alÿs, The Modern Procession, 2002 © Francis Alÿs

Après avoir été dédié aux Muses, le musée le serait au public. D’un espace « habité », on passerait à un espace « habitable ». On en finirait avec la tâche exclusive de préserver le patrimoine dont les objets d’art seraient conservés comme des reliques. Le visiteur, que des médiateurs accueilleraient quasi religieusement, serait de nouveau au centre du dispositif. Ne l’est-il d’ailleurs pas depuis que le selfie s’est intronisé comme élément incontournable de toute visite ? « Je fais le pari, écrit Winkin, que des rituels peuvent contribuer au repositionnement politique des musées ».

À travers l’organisation d’expériences multisensorielles comme s’y prêta Tomás Saraceno avec l’exposition On air au Palais de Tokyo, de processions comme Francis Alÿs l’organisa en son temps à New York entre le MoMA de Manhattan et le MoMA Queens ou le prêt de simples marionnettes à des enfants enjoints d’inventer des histoires, le statut des objets et la place du musée dans la société seraient ainsi ré-interrogés. Avec le risque que ces coups de com ne transforment la visite au musée en une simple expérience festive !

Olivier Rachet

Yves Winkin, Ré-inventer les musées, MkF éditions, Collection « Les Essais médiatiques »

Visuel en couverture : Tomás Saraceno – ON AIR, solo exhibition at Palais de Tokyo, Paris, 2018, curaté par  Rebecca Lamarche-Vadel. Courtesy the artist; Andersen’s, Copenhagen; Esther Schipper,Berlin; Pinksummer Contemporary Art, Genoa; Ruth Benzacar, Buenos Aires; Tanya Bonakdar Gallery, New York. – ©Photography Studio Tomás Saraceno, 2018.
Tags:

Vous pouvez aimer aussi

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Retrouvez-nous sur Instagram
@diptykmagazine
Instagram n'a pas retourné le status 200.