Taper pour chercher

Elizabeth II, icône de la pop culture

Partager

Représentée par Warhol, Banksy ou les Sex Pistols, Elizabeth II est devenue, presque malgré elle, une figure de la pop culture. En 2022, c’est un artiste nigérian, Oluwole Omofemi, qui a peint la souveraine dans une toile sobrement intitulée The Queen. Une composition qui a fait la Une du magazine Tatler, en juillet dernier.

Le portrait réalisé par Oluwole Omofemi à l’occasion du jubilé de platine de la reine, représente Elizabeth II dans la fleur de l’âge, regard déterminé, port de tête altier. On est bien loin du portrait sans complaisance qu’en fit, en 2001, Lucian Freud !

Le peintre n’a rien laissé au hasard : la main délicate de la reine tient un élégant éventail, objet de raffinement et clin d’œil à la Reine Victoria qui ne s’en départait pas. Pourquoi cette allusion ? Peut-être pour mieux souligner ce qui sépare ces deux souveraines : si la Reine Victoria représente l’âge d’or de l’Empire britannique et son implacable logique expansionniste, le peintre semble ici davantage rendre hommage à la modernité d’Elizabeth II qui accompagna le processus de décolonisation des territoires sous autorité britannique.

Elizabeth II caresse de la main gauche une fourrure d’hermine, symbole de royauté. Elle la caresse mais ne la porte pas, lui préférant une robe dont la chatoyance des couleurs peut évoquer le wax africain. Une façon de signifier que la reine est aussi cheffe du Commonwealth, cette organisation intergouvernementale qui rassemble les anciens territoires de l’Empire colonial britannique. Parmi les 56 pays souverains qui composent aujourd’hui le Commonwealth, on compte une vingtaine de pays africains dont le Nigéria, pays d’origine de l’artiste.

E.0.

Oluwole Omofemi, The Queen, 2022 © Tatler / Oluwole Omofemi
Tags:

Vous pouvez aimer aussi

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Retrouvez-nous sur Instagram
@diptykmagazine