Taper pour chercher

[Expo 2020 Dubaï] Le pavillon Maroc veut connecter les esprits et construire le futur

Partager

Après un report d’un an, l’Exposition universelle a enfin ouvert ses portes. Conçue autour du thème « Connecter les esprits, construire le futur », l’Expo 2020 Dubaï est à voir jusqu’au 31 mars 2022. Visite guidée du pavillon Maroc.

En s’approchant du site, que ce soit en voiture ou via le métro qui connecte la ville de Dubaï à l’Exposition universelle, on peut apercevoir l’un de ses plus hauts bâtiments surmonté du nom du Maroc, en arabe et en anglais. Une impression de déjà-vu peut effleurer l’esprit de celui qui connaît les ksour s’accrochant aux montagnes de l’Atlas et déployant une cascade de volumes ocre construits en pisé. Combinant cette méthode ancestrale de construction et des techniques architecturales de pointe, le bâtiment signé Tarik Oualalou répond aux exigences actuelles de durabilité. Il présente au monde un des exemples historiques d’architecture en terre, un matériau que l’on cherche aujourd’hui à adapter à l’urbanisme du futur.

Vue extérieure du pavillon Maroc à Dubaï

C’est au septième étage que commence la visite du pavillon du Maroc. Chacune des salles est dédiée à l’un des aspects de la culture ou du développement du pays. Les salles d’exposition sont dotées de dispositifs interactifs et/ou de scénographies immersives qui rendent la découverte du Maroc ludique et attractive. L’exposition permanente et la riche programmation du pavillon présentent le pays comme une terre d’opportunités en termes d’investissement économique et d’innovations technologiques. Le patrimoine naturel et culturel est raconté à travers les différentes salles que le visiteur peut parcourir suivant une rampe descendante qui donne sur un patio inspiré des riads.

Vue de l’œuvre Reveal Africa de Hassan Darsi

Hassan Darsi révèle l’Afrique

La cinquième salle montre l’œuvre contemporaine Reveal Africa de Hassan Darsi : une minutieuse composition en bâtonnets de bois. Avec ce semblant d’échafaudage, l’artiste s’ingénie à représenter la géographie africaine comme une métaphore d’un continent en construction. L’œuvre laisse entrevoir une lumière diffuse en son sein, qui serait le symbole de l’espoir et de l’avenir radieux d’un continent en plein développement. Le visiteur est ensuite invité à prendre en photo la pièce à l’aide de l’appareil photo de son téléphone portable. La carte de l’Afrique est ainsi nettement révélée sur la photographie numérique. La proposition artistique de Darsi devient alors une œuvre participative, complétée par l’intervention du visiteur et s’étendant au-delà de son espace d’exposition.

Pavillon Maroc @MoroccoExpo2020Dubai

Le parcours des expositions du Pavillon du Maroc se clôt avec une exposition organisée par la Fondation nationale des musées. Un accrochage chronologique permet de rendre compte de la trajectoire des arts plastiques au Maroc. La thématique générale du pavillon du Maroc, « Héritages partagés », se décline dans une sélection d’œuvres qui montre comment la modernité artistique a puisé dans les diverses références culturelles du Maroc. Comme la persistance de l’ornementation chez Mohammed Ben Ali Rbati et Ahmed Louardighi, ou l’adoption de l’iconographie vernaculaire par les avant-gardistes de l’École de Casablanca. Un second volet consacré à l’art contemporain prolongera, début janvier 2022, cette réflexion sur la transmission du patrimoine culturel marocain dans la création actuelle.

Salima El Aissaoui

Tags:

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Retrouvez-nous sur Instagram
@diptykmagazine
Instagram a retourné des données invalides.