Taper pour chercher

Portraits de la rue ivoirienne

Partager

Célébrant le bouillonnement des rues d’Abidjan, l’exposition « Perceptions » à l’espace Expressions de la Fondation CDG réunit les peintres ivoiriens Armand Boua et Yeanzi. Le premier est originaire de Yopougon, commune périphérique la plus peuplée d’Abidjan et haut-lieu de la culture urbaine ; l’autre demeure dans la commune de Bingerville située plus à l’ouest. Tous deux lauréats des Beaux-Arts d’Abidjan, Armand Boua et Yeanzi perpétuent l’art du portrait en recyclant des matériaux aussi divers que le carton, les papiers journaux ou le plastique, glanés lors de leurs promenades dans leurs quartiers respectifs, un appareil photo toujours en bandoulière. Que l’image soit pixellisée par une accumulation de touches de peinture comme s’y emploie Yeanzi, ou que la figuration humaine fasse entièrement corps avec la ville, comme dans les compositions graphiques d’Armand Boua proches de l’anamorphose, les deux rendent compte d’une vivacité permanente de couleurs et de formes qui alerte aussi sur la prolifération inquiétante de déchets. Fruit d’une résidence de plusieurs mois à la Résidence Jardin Rouge, abritée par la Fondation Montresso, l’exposition « Perceptions » questionne aussi, à travers des jeux subtils de superposition et l’utilisation de supports inédits tel que le plexiglas utilisé par Yeanzi, la place de chacun dans une société post-industrielle en voie de déliquescence.

Olivier Rachet

Armand Boua, Yopougon Maroc, 2021, technique mixte sur toile, 230 x 280 cm. Courtesy de l’artiste, Fondation Montresso et Fondation CDG.
Tags:

Vous pouvez aimer aussi

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Retrouvez-nous sur Instagram
@diptykmagazine