Taper pour chercher

Salma Lahlou sur les plafonds de Melehi : « Non, je n’ai fait aucune proposition d’acquisition »

Partager

Face à l’ampleur de la polémique autour la vente prochaine des plafonds intégrés de Melehi et de Chabâa, les langues se délient. Une source proche du propriétaire de l’hôtel Les Roses du Dadès – qui, lui, ne souhaite pas s’exprimer – a dévoilé les enregistrements d’une négociation de vente antérieure à celle d’Artcurial. La curatrice Salma Lahlou s’explique.

Une source proche du propriétaire nous a fait parvenir des enregistrements téléphoniques dans lesquels on vous entend négocier une offre pour les plafonds de Melehi. Confirmez-vous cette information ? 

Non je n’ai fait aucune proposition d’acquisition pour les intégrations au propriétaire de l‘hôtel. J’ai fait une proposition d’accompagnement pour la conservation et la valorisation de l’ensemble par le propriétaire, qui l’a refusée. J’ai fait une proposition d’accompagnement pour la reprise de l’ensemble des intégrations par une institution à même d’en assurer leur préservation que le propriétaire a refusé. Devant son refus et sa volonté de vendre, un particulier, collectionneur d’art, qui était présent lors de ma visite à l’hôtel, s’est porté acquéreur mais sa proposition a été refusée par le propriétaire après plusieurs aller-retours.

Je dois par ailleurs rappeler que mes discussions avec le propriétaire de l’hôtel ont toujours porté sur l’ensemble des intégrations et non pas seulement sur les plafonds car j’ai depuis le début appréhendé le tout comme un ensemble indivisible. Pour preuve, le propriétaire était prêt à céder immédiatement un bas-relief de Melehi à ce particulier et je m’y suis opposée.

 

 Si une offre a été faite notamment pour les plafonds peints, cela nécessitait de les retirer de leur intégration dans l’hôtel. Quel était votre objectif ?

Vous savez, ma position dans cette affaire est très claire. Depuis le début, mon objectif est la préservation de ce patrimoine dans son ensemble. Je l’ai porté avec le propriétaire, avec  l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine que j’ai immédiatement contacté au lendemain de ma visite à l’hôtel, le ministère de la Culture auprès de qui j’ai déposé un dossier comprenant les photos que j’ai prises et des membres fondateurs de la lettre ouverte à destination du ministère de la Culture et de la FNM. Si cette préservation impliquait que les intégrations soient retirées, mon objectif aurait été de le faire dans les règles de l’art, en faisant respecter les droits et obligations qui s’y rattachent, dont l’application du droit d’auteur.

Je rappelle que je suis commissaire indépendante et consultante en art. Je travaille autant sur des projets de conseil et d’acquisition que des projets de recherche et de conservation. Je précise ces points à titre d’éclairage pour éviter de tomber dans des raccourcis et rappeler que oui, nous pouvons travailler pour le marché de l’art, garder une éthique et respecter les règles de droit applicables en matière de biens culturels.

Propos recueillis par Emmanuelle Outtier

Tags:

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Retrouvez-nous sur Instagram
@diptykmagazine
  • __ Conjurer nos solitudes contemporaines

« Ils font ce qu’ils peuvent pour s’amuser et pour survivre. Peut-être ont-ils peur tout simplement de vivre ? », se demande Yassine Balbzioui à propos des trois personnages qu’il met en scène dans sa dernière exposition « Ermites ».
Nous voici plongés dans une forêt post-apocalyptique, dans laquelle le peintre interroge le fondement de nos angoisses les plus archaïques.

__ Yassine Balbzioui, Effet papillon, 2021, acrylique sur toile, 180 x 156 cm.

__ — Yassine Balbzioui, « Ermites », Galerie Shart, Casablanca, à partir du 1er octobre 2021.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _

📙Lire la suite de l’article dans le numéro #57 de diptyk, en kiosque et sur notre e-shop.

#art 
#painting
#contemporary
#moroccanpainting 
#artist
#contemporarypainting 
 #contemporaryart
  • __ C’est une première au Maroc. 

Avec le concours de grands collectionneurs internationaux, le MMVI retrace l’épopée de la photographie africaine, depuis le maître Malick Sidibé jusqu’à ses disciples portraitistes et plasticiens des années 2000, en passant par le photoreportage engagé des Sud-Africains.
Jamais une exposition de photo africaine d’envergure n’avait été organisée dans le Royaume, qui plus est avec des artistes phares du continent : David Goldblatt, Zanele Muholi, Mário Macilau, Youssef Nabil, Guy Tillim... De fait, les deux expositions réunies sous le titre « Afrique(s) vue par ses photographes, de Malick Sidibé à nos jours » se veulent didactiques.
Une aubaine pour le public marocain qui pourra s’initier aux grands mouvements de la photo africaine depuis les années 1960.

__ Malala Andrialavidrazana, Figures 1889, Planisferio, 2015, 110 x 137,5 cm. Courtesy Gervanne et Matthias Leridon.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _

📙Lire la suite de l’article sur le numéro #57 de Diptyk magazine en kiosque et sur notre E-shop.

#contemporaryart #artist #colors #art #modernart #creativity #african
  • __ Quand le monde arabe inventait sa modernité

Épisode 2/3 : le Proche-orient 

Dans le prolongement de la Nahda égyptienne, des pays comme le Liban, la Syrie et l’Irak sont gagnés par le mouvement nationaliste qui appelle à l’union des peuples arabes.
Le deuxième épisode de notre série historique s’attarde sur le panarabisme culturel qui a forgé une identité artistique endogène.

__ Paul Guiragossian, Amitié, 1973, huile sur toile, 94,5 x 73 cm.
Courtesy Ramzi & Saeda Dalloul Art Foundation

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

📙Lire la suite de l’article sur sur le numéro #57 de Diptyk magazine en kiosque et sur notre e-shop.

#art #peinture #postoftheday #artist #arte #orient #creative
  • __ Highlights from @154artfair 

__ Artistes

Themba Khumalo
Atta Kwami
Mohamed Hamidi
Sahara Longe
Omar Mahfoudi
Amina Agueznay
  • L’incubateur Diptyk
Sabrine Lahrach

Cette jeune artiste est issue de l’Institut national des beaux-arts de Tétouan, dont elle est sortie major de sa promotion en 2018.
Ses œuvres traduisent l’évolution humaine, la relation du temps à l’espace et celle du métier à l’existence.

__ Stitches, technique mixte, papier coton, fil d’or, 52 x 40 cm. Courtesy de l’artiste

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

📙Lire la suite de l’article sur le numéro #57 de Diptyk magazine en kiosque et sur notre e-shop.

#modernart #creative #artist #arte #couture #inspiration #contemporaryart
  • @154artfair  London demarre demain
Lisez l’entretien accordé par @telglaoui « Le profil des collectionneurs  esten train de changer»

Cette année, la foire 1-54 Londres mise sur une édition en présentiel et prend même de l’ampleur.
Sa directrice et fondatrice, @telglaoui revient sur les neuf ans d’existence de la foire qui contribue à faire émerger l’art contemporain africain.

__ Touria El Glaoui devant Somerset House, qui abrite la foire 1-54 à Londres.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

📕Lire la suite de l’article dans le numéro #57 de Diptyk magazine en kiosque et sur notre e-shop.

#art #collection #arte #creative #modernart