Taper pour chercher

EDITO 45: L’Afrique, un drapé de liberté

Partager

Il y a, dans le bruit d’une époque, les effets de mode, les tics de langue, les obsessions du moment, les opportu- nismes, certes. L’intérêt appuyé pour l’Afrique, son économie, son territoire, ses arts primitifs, son art contem- porain, tient en partie de tout cela. Mais la persistance du recours à l’Afrique, de l’économie à l’art contemporain en passant par la mode, porte autre chose, en particulier dans les territoires d’Afrique du Nord. Un espoir, un souffle, un sens, une identité, un drapé de liberté… qui sont la matière même de Diptyk.

Il y a la volonté de créer un marché de l’art africain qui nous soit propre, affranchi du recours à l’Europe. C’est ce que fait la 1-54 African Art Fair, dont la 6e édition tout juste passée à Londres montre que tout est possible : plus de galeries africaines, plus de collectionneurs africains, et de la grande, très grande peinture, débarrassée de tout recours à l’anecdotique ou au folklorique. À Marrakech en février, il faudra que les collectionneurs marocains soient au rendez-vous de cette révolution.

Il y a le nouvel archétype de l’artiste contemporain africain, ancré dans le local, reconnu à l’international, exposé à Art Basel, avec une œuvre où l’efficacité plastique le dispute à la pertinence du discours. L’artiste camerounais Barthélémy Toguo, auquel Marie Moignard consacre un beau portrait, illustre cette dialectique local/global, chacune des ses œuvres portant une force et le souvenir d’une faiblesse.

Et puis il y a la réécriture de l’histoire selon le point de vue africain. Comment comprendre que la grande rétros- pective consacrée par le Mucem à Mohammed Kacimi, peintre marocain d’envergure décédé il y a 15 ans, se fixe sur la décennie africaine du peintre (1993-2003) ? Dans ces années décisives, on voit Kacimi rompre avec l’art occidental et les différents courants esthétiques l’ayant influencé durant son parcours, pour « ouvrir une nouvelle voie, beaucoup plus personnelle, caractérisée par une expression sans contrainte, libre, et de plus en plus transdisciplinaire », lit-on dans le texte d’introduction.

En se fixant sur ce moment africain, documenté par une sélection d’œuvres exemplaires et de documents d’ar- chives significatifs, cette exposition montre un Kacimi en véritable passeur pour les nouvelles générations d’ar- tistes issus du monde arabe. Elle redéfinit la figure de l’artiste post-Indépendance qui saute le pas vers l’époque

contemporaine, en revêtant le drapé africain de liberté.Diptyk y consacre un dossier, réalisé par Kenza Sefrioui, et un hors-série à paraître.

Si cela ne suffit pas, lisons l’entretien que nous accorde Amadou Diaw, l’homme de Saint-Louis, fondateur du MuPho (musée de la photo). À quelques semaines de son forum de Saint-Louis, il explique sa volonté de réunir les forces africaines, les penseurs divergents – pour, selon la formule de Felwine Sarr, « renouveler les imaginaires et mieux habiter le monde ».

Meryem Sebti 
Directrice de la publication et de la rédaction
Tags:

Vous pouvez aimer aussi

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Retrouvez-nous sur Instagram
@diptykmagazine
  • __ Conjurer nos solitudes contemporaines

« Ils font ce qu’ils peuvent pour s’amuser et pour survivre. Peut-être ont-ils peur tout simplement de vivre ? », se demande Yassine Balbzioui à propos des trois personnages qu’il met en scène dans sa dernière exposition « Ermites ».
Nous voici plongés dans une forêt post-apocalyptique, dans laquelle le peintre interroge le fondement de nos angoisses les plus archaïques.

__ Yassine Balbzioui, Effet papillon, 2021, acrylique sur toile, 180 x 156 cm.

__ — Yassine Balbzioui, « Ermites », Galerie Shart, Casablanca, à partir du 1er octobre 2021.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _

📙Lire la suite de l’article dans le numéro #57 de diptyk, en kiosque et sur notre e-shop.

#art 
#painting
#contemporary
#moroccanpainting 
#artist
#contemporarypainting 
 #contemporaryart
  • __ C’est une première au Maroc. 

Avec le concours de grands collectionneurs internationaux, le MMVI retrace l’épopée de la photographie africaine, depuis le maître Malick Sidibé jusqu’à ses disciples portraitistes et plasticiens des années 2000, en passant par le photoreportage engagé des Sud-Africains.
Jamais une exposition de photo africaine d’envergure n’avait été organisée dans le Royaume, qui plus est avec des artistes phares du continent : David Goldblatt, Zanele Muholi, Mário Macilau, Youssef Nabil, Guy Tillim... De fait, les deux expositions réunies sous le titre « Afrique(s) vue par ses photographes, de Malick Sidibé à nos jours » se veulent didactiques.
Une aubaine pour le public marocain qui pourra s’initier aux grands mouvements de la photo africaine depuis les années 1960.

__ Malala Andrialavidrazana, Figures 1889, Planisferio, 2015, 110 x 137,5 cm. Courtesy Gervanne et Matthias Leridon.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _

📙Lire la suite de l’article sur le numéro #57 de Diptyk magazine en kiosque et sur notre E-shop.

#contemporaryart #artist #colors #art #modernart #creativity #african
  • __ Quand le monde arabe inventait sa modernité

Épisode 2/3 : le Proche-orient 

Dans le prolongement de la Nahda égyptienne, des pays comme le Liban, la Syrie et l’Irak sont gagnés par le mouvement nationaliste qui appelle à l’union des peuples arabes.
Le deuxième épisode de notre série historique s’attarde sur le panarabisme culturel qui a forgé une identité artistique endogène.

__ Paul Guiragossian, Amitié, 1973, huile sur toile, 94,5 x 73 cm.
Courtesy Ramzi & Saeda Dalloul Art Foundation

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

📙Lire la suite de l’article sur sur le numéro #57 de Diptyk magazine en kiosque et sur notre e-shop.

#art #peinture #postoftheday #artist #arte #orient #creative
  • __ Highlights from @154artfair 

__ Artistes

Themba Khumalo
Atta Kwami
Mohamed Hamidi
Sahara Longe
Omar Mahfoudi
Amina Agueznay
  • L’incubateur Diptyk
Sabrine Lahrach

Cette jeune artiste est issue de l’Institut national des beaux-arts de Tétouan, dont elle est sortie major de sa promotion en 2018.
Ses œuvres traduisent l’évolution humaine, la relation du temps à l’espace et celle du métier à l’existence.

__ Stitches, technique mixte, papier coton, fil d’or, 52 x 40 cm. Courtesy de l’artiste

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

📙Lire la suite de l’article sur le numéro #57 de Diptyk magazine en kiosque et sur notre e-shop.

#modernart #creative #artist #arte #couture #inspiration #contemporaryart
  • @154artfair  London demarre demain
Lisez l’entretien accordé par @telglaoui « Le profil des collectionneurs  esten train de changer»

Cette année, la foire 1-54 Londres mise sur une édition en présentiel et prend même de l’ampleur.
Sa directrice et fondatrice, @telglaoui revient sur les neuf ans d’existence de la foire qui contribue à faire émerger l’art contemporain africain.

__ Touria El Glaoui devant Somerset House, qui abrite la foire 1-54 à Londres.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

📕Lire la suite de l’article dans le numéro #57 de Diptyk magazine en kiosque et sur notre e-shop.

#art #collection #arte #creative #modernart